Le coulage de chape en rénovation : l’essentiel à retenir

Le coulage de chape en rénovation : l’essentiel à retenir

L’ajout d’une chape sur du béton ou un autre revêtement existant offre de nombreux avantages. Cette mission doit idéalement être confiée à un professionnel qui l’exécutera dans les règles de l’art. Retrouvez ci-après les notions de base pour la réalisation d’une couche supplémentaire sur votre sol.

Un coulage de chape reste un travail de professionnel

Laisser le coulage de chape à un professionnel du bâtiment procure un certain nombre d’avantages. C’est une manière de contrôler le budget. Un excellent entrepreneur pourra réaliser le nouveau revêtement pour une vingtaine d’euros par mètre carré. Pensez à demander un devis sur malpaix-construction.com. Par ailleurs, les spécialistes ont tellement l’habitude d’effectuer ce genre de travaux qu’il leur prend à peine une demi-journée pour recouvrir une pièce de 80 m2. Les experts connaissent parfaitement les matériaux à privilégier. L’anhydrite demeure un excellent choix. Autonivelant, il se lisse lui-même. Il requiert peu d’efforts de la part du maçon ou du finisseur. Des accessoires tels que l’isolant pour sol rainuré et la bande de désolidarisation font aussi la différence dans la réalisation. De toutes les manières, la longue préparation en amont du coulage reste la phase la plus importante de l’opération.

Il s’agit de la meilleure option pour un plancher chauffant

Il existe des matériaux pour chape préalablement préparés en central pour béton. C’est l’option la plus simple si le transport demeure facile. L’autre solution revient à composer le mélange sur place. Il faudra disposer d’un certain espace pour travailler différents « ingrédients ». Dans les deux cas, le revêtement reste le choix idéal pour l’installation d’un plancher chauffant. Sa conductivité thermique est optimale. L’épaisseur recommandée se situe entre 2,5 et 7 cm. Il faudra prendre en considération le poids si l’ouvrage se trouve à l’étage. Les formules classiques avoisinent 20kg/m2/cm d’épaisseur. Les procédés plus récents sont beaucoup plus légers tout en offrant une excellente résistance. De toutes les manières, il s’agit de matériaux incombustibles, même sous haute température. Ils sont conçus pour supporter la flexion comme la compression. Le séchage se fait rapidement. La pièce est ouverte à la circulation deux jours après le coulage.

Gain de temps et divers avantages pour ce revêtement

Figurant parmi une longue liste de choix, l’anhydrite est le matériau idéal pour une chape coulée. Il s’applique sans joint et convient à une très grande surface. Il est même possible de réaliser le revêtement d’une salle de 300 m2 voire 1000 m2 en un trait. L’opération s’effectue rapidement puisque les étapes excluent l’habituel enduit de ragréage. De toute évidence, le gain de temps est palpable. L’installation d’un plancher chauffant passer de trois semaines à seulement 7 jours grâce à ce type de technologie. Le durcissement complet du produit prend normalement 24 h, mais ce serait plus prudent de lui laisser deux tours d’horloge supplémentaires. La ventilation du local va encore accélérer le séchage. Enfin, il faudra prêter attention aux détails, notamment à la formation d’une fine pellicule à la surface. Cette trace doit être enlevée à temps pour que le rendu visuel demeure agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *